Le 10 Juin dernier, Tavis Ormandy, chercheur membre de l’équipe de sécurité de Google, avait publié une vulnérabilité nommée “Microsoft Windows Help Centre” qui avait fait beaucoup de bruit sur Internet et au sein de la communauté de la sécurité informatique. Le débat sur le “divulgation responsable des vulnérabilités” contre la “divulgation totale des vulnérabilités” refaisait surface.

Il faut dire que Taviso avait soumis la vulnérabilité à Microsoft 4 jours avant de publier celle-ci sur Internet, laissant ainsi très peu de temps à Microsoft pour réagir et fournir aux utilisateurs finaux une méthode de protection contre cette vulnérabilité. Dans son bulletin, Taviso précisait que la recherche effectuée sur cette vulnérabilité avait été faîte sur son temps personnel et qu’en aucun cas Google ne pouvait être associé à cette divulgation. L’on pouvait tous de même retrouver à la fin de ce bulletin des remerciements à destination d’autres membres de l’équipe de sécurité de Google.

Dans ce même bulletin, Taviso encourageait les internautes à prendre contact avec Microsoft afin de faire pression pour avoir des délais de réaction plus court aux bulletins émis par les chercheurs en sécurité informatique. La position de Taviso est claire, les fournisseurs de logiciels, tels que Microsoft, ne doivent pas tarder, après notification d’une vulnérabilité, à réagir pour mettre à disposition des mises à jour de sécurité. Si un chercheur en sécurité informatique a pu trouver cette vulnérabilité, une personne mal intentionnée pourrait l’avoir aussi découverte. La sécurité des entreprises et des internautes est en question.

Quand à Microsoft, sa position était tous aussi claire, qui de mieux que le fournisseur peut trouver la cause primaire de la vulnérabilité et ainsi fournir la meilleure correction à celle-ci. Taviso aurait fourni, suivant Microsoft, une analyse incomplète de la vulnérabilité, ainsi qu’une solution de mitigation trop facilement contournable. Microsoft ne revient pas sur le fait que les chercheurs en sécurité informatique sont indispensables, mais préconise, tous comme Google, une divulgation responsable des vulnérabilités. De dévoiler, sans correctif disponible, une vulnérabilité peut mettre la sécurité des entreprises et des internautes en péril.

Le dilemme est là, la sécurité par l’obscurité ainsi que la sécurité par la divulgation, quel soit responsable ou non, peut mettre en péril la sécurité des entreprises et des internautes.

Il y a tous de même un fait à ne pas oublier, quelques mois auparavant Google avait été la cible d’une attaque ciblée et persistante (Opération Aurora). Cette attaque avait exploité un 0day dans Internet Explorer 6, et permis à des personnes mal intentionnées de dérober des données sensibles de Google. De plus, ne pas oublier que Google et Microsoft sont concurrents sur bien des secteurs, navigateurs internet, OS, SaaS, etc.

Ce Mardi 20 Juillet, la polémique sur la divulgation des vulnérabilités a franchit une nouvelle étape. Dans un billet signé de façon commune par Tavis Ormandy et d’autres membres de l’équipe de sécurité de Google, propose de réduire les délais d’attente à 60 jours entre le moment où le fournisseur est mis au courant d’une vulnérabilité critique, et le moment où la même vulnérabilité critique serait rendue publique. Google invite les autres chercheurs en sécurité informatique à suivre la même police de divulgation afin de mettre “la pression” sur les fournisseurs de logiciels vulnérables.

En contre attaque, ce Jeudi 22 Juillet, Microsoft a annoncé un changement de son approche au niveau de la divulgation des vulnérabilités. Jusqu’à maintenant Microsoft était aussi un adepte de la méthode “Responsible Disclosure”, mais depuis cette annonce la nouvelle méthode qui sera appliquée se nommera “Coordinated Vulnerability Disclosure “. Uniquement une question de sémantique ?

Afin de “mettre un terme” au débat sans fin (que Microsoft alimente par cette annonce), Microsoft insiste sur le fait que coordination et collaboration sont requises pour résoudre les problèmes afin de réduire les risques pour les internautes. Microsoft insiste sur le fait que la divulgation d’une vulnérabilité est une responsabilité qui doit être partagée entre les différents acteurs de la découverte (Chercheur), de la centralisation (CERT, Secunia), du traitement et de la résolution de celle-ci (Fournisseur). Cette responsabilité partagée se base sur une collaboration plus forte entre le fournisseur et le chercheur.

En tous cas, la guerre de la communication et le débat sur la divulgation des vulnérabilités ne risque pas de s’arrêter. La guerre commerciale entre Google et Microsoft ne fait que commencer.