Il y a 2 ans de cela, je me suis retrouvé devant une problématique de gestion de croissance d’un parc informatique. Nous avions en totalité environ une cinquantaine de serveurs, dont la plupart étaient sous Linux. Comme dans chaque startup l’homogénéisation n’était pas notre fort, suivant les humeurs des sysadmin l’on pouvait se retrouver avec des Debian, des Gentoo, des Centos ou encore des Suse.

Il n’est pas sans vous dire que la gestion quotidienne de ce parc était horrible :

  • les installations prenaient un temps fous, car nous n’avons pas d’images (releases) de serveurs cibles.
  • l’administration quotidienne était longue et demandait d’avoir un personnel connaissant la plupart des distributions (vive la guerre des standard dans l’opensource…).
  • les mises à jour étaient problématiques, car là aussi l’on ne pouvait, par exemple, pas se fier sur la stabilité des développeurs de certaines distribution.
  • Créer des images et réinstaller un serveur en cas de panne grave était aussi long et difficile vu que nous n’avions déjà pas d’installation uniformes.

Un administrateur système pouvait prendre :

  • 0,5 à 1 jour / homme pour l’installation et la réinstallation d’un serveur.
  • 1 jour / homme par mois par serveur pour les mises à jour.
  • 0,5 jour / homme pour l’administration quotidienne.

Rien que pour l’administration de 50 serveurs 1 administrateur système ne suffisait pas, nous avions une équipe de 2 sysadmin.

De plus, vu que nous n’avions pas des outils simples pour effectuer des processus de “Change Management” et de “Release Management“, nous n’avions pas la garantie qu’après une mise à jour un serveur repartirai et que nous pourrions au cas où il ne repartirai pas le restaurer à l’identique.

Heureusement pour nous, un gros projet a pu m’aider à trouver les arguments financier nécessaires pour remettre de l’ordre dans tous cela. Ce projet commençait avec un parc de 50 serveurs sous Linux et avec 1 nouveau serveur à installer chaque semaine. Il n’était pas possible pour nous de continuer à travailler avec nos anciennes méthodes et surtout nous aurions du embaucher beaucoup plus de personnel pour gérer ce parc.

Je me suis donc penché sur un outil qui me permettrait d’installer des serveurs comme si je construisait mon infrastructure avec des briques.

L’outil devait :

  • nous permettre d’installer très rapidement un serveur à l’identique d’un serveur de production.
  • nous faciliter l’administration système avec une gestion centralisée de ceux-ci.
  • nous faciliter les déploiements des mises à jour avec une gestion centralisée de celles-ci.
  • nous permettre d’effectuer des retours dans le temps très rapide, si une mise à jour c’était mal déroulée, ou si un changement n’avait pas été maîtrisé correctement.

Au bout de quelques temps, je me suis penché sur RHN Satellite de Red Hat qui offrait toutes ces possibilités. Depuis ce jour, RHN Satellite est devenu un outil incontournable dans la gestion de notre parc informatique. Les améliorations se sont vues tous de suite, et nous ont permis de nous libérer du temps sont avoir pourtant à recruter d’avantage de personnel.

Suite à l’utilisation de RHN Satellite, un administrateur système prend :

  • 0,0625 jour / homme pour l’installation et la réinstallation d’un serveur.
  • 0,5 / homme par mois par serveur pour les mises à jour.
  • 0,25 jour / homme pour l’administration quotidienne.

Si vous avez un parc informatique important à gérer et que vous vous retrouver devant les mêmes problématique auxquelles j’étais confronté, je vous conseille d’étudier de façon sérieuse ce produit.